Jeudi 18 juillet devant la sous préfecture de Saint Gaudens !

Jeudi 18 juillet devant la sous préfecture de Saint Gaudens !

Les exigences sociales doivent être entendues ! Nous exigeons l’abrogation de la réforme des retraites, l’augmentation des salaires, le déploiement des services publics !

Nous adressons un message en direction du président de la république, Macron pour qu’il respecte la démocratie et cesse d’être méprisant envers les citoyens et le monde du travail. Il doit nous entendre et respecter les résultats des urnes qui donnent le NFP gagnant aux dernières élections même si ce n’est pas une majorité absolue. À la veille des jeux olympiques et sans attendre la rentrée de septembre le gouvernement qui sera constitué doit mettre en œuvre les revendications et le progrès sociales.

Déclaration du CCN de la CGT

Déclaration du CNN de la CGT (comité confédéral national) du 1er juillet 2024 « Battre l’Extrême Droite pour gagner le progrès social et environnemental »

Ce dimanche 30 juin, l’Extrême Droite est arrivée en tête dans 297 circonscriptions et elle peut se maintenir au 2ème tour dans 485 circonscriptions.

L’Extrême Droite peut donc, le 7 juillet prochain, pour la première fois depuis le régime pétainiste, accéder au pouvoir par les urnes. Emmanuel Macron porte une lourde responsabilité sur cette situation catastrophique pour notre pays.

L’Extrême Droite est un poison mortel pour notre République, notre démocratie et pour les travailleuses et les travailleurs. Jamais la CGT ne mettra dos à dos l’Extrême Droite avec une quelconque autre force politique. L’Extrême Droite est raciste, antisémite, islamophobe, sexiste, homophobe et violente. Si elle arrive au pouvoir, elle instaurera une société ségrégationniste, elle s’attaquera à tous les contre-pouvoirs, à la liberté de la presse, à l’indépendance de la justice, des organisations syndicales et de la société civile.

Elle porte un projet qui amplifierait la régression sociale d’Emmanuel Macron avec de nouveaux cadeaux pour les plus riches et les grandes entreprises.

Le programme du Rassemblement National prévoit aussi une nouvelle cure d’austérité pour les services publics, le maintien de la réforme des retraites et aucune augmentation de salaire ni de pension.

De quoi satisfaire pleinement le patronat qui, pour éviter les mesures de justice sociale, n’hésite pas à dénigrer en priorité le programme du Nouveau Front Populaire.

Le parti d’Emmanuel Macron est sévèrement sanctionné du fait de sa politique antisociale violente. Avec seulement 20% des voix, il n’est plus en capacité d’obtenir une majorité au 2ème tour.

Le Nouveau Front Populaire réalise 28% des voix et est en tête dans 158 circonscriptions, 2ème dans 157. Il est donc en situation d’être l’alternative républicaine au Rassemblement National et pour mettre enfin le progrès social à l’ordre du jour.

La CGT réaffirme son appel à voter pour le programme du Nouveau Front Populaire.

La CGT appelle solennellement toutes les forces politiques républicaines à prendre leurs responsabilités, à ne pas se maintenir sur des triangulaires qui assureraient la victoire de l’Extrême Droite et à appeler à faire barrage au Rassemblement National.

En 2002, en 2017 et en 2022, l’Extrême Droite a déjà menacé de prendre le pouvoir et en a été empêchée grâce à la responsabilité des organisations syndicales et de la société civile et au vote des électeurs et électrices de Gauche. Ceux qui veulent trier entre les candidat·es du Nouveau Front populaire seront complices de l’Extrême Droite qui, pour la première fois, peut obtenir la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

La CGT appelle les salarié·es, les retraité·es et les privée·es d’emploi ainsi que la jeunesse à voter pour battre le RN et ses alliés pour qu’il ait le moins de députés possible.

Pour que le monde du travail vote contre le Rassemblement National, ses exigences sociales doivent être entendues. La décision de Gabriel Attal de non-publication du décret réformant l’assurance chômage est une première victoire.

La CGT appelle l’ensemble des candidat·es républicains à s’engager à abroger la réforme des retraites, à renoncer définitivement à celle de l’assurance chômage et de la fonction publique, à prendre des mesures pour augmenter les salaires, les pensions et minima sociaux, à garantir un investissement massif dans nos services publics.

Dégradations du monument aux morts du village martyr de Marsoulas

la dépêche : Le monument aux morts du village martyr de Marsoulas en Haute-Garonne tagué dans la nuit

Il n’y a pas de mots pour qualifier cet acte monstrueux !

Honte à ceux qui ont tagué le monument aux morts du village martyr de Marsoulas ! Honte à ceux qui salissent la mémoire de ceux qui ont été assassinés sauvagement par la division Das Reich.

Je condamne cet acte indigne et abject !

Hier les affiches de la CGT taguées sur les panneaux d’affichage à cassagne, aujourd’hui le monument aux morts à Marsoulas. C’est inacceptable.

En ces temps troublés l’UL CGT comminges appelle à l’unité face aux semeurs de haine !

Charlotte Joubert, Secrétaire de l’UL CGT comminges.

Pour l’emploi et la dignité !

On ne lutte pas contre le chômage en appauvrissant les privés d’emplois !

l’UL CGT comminges était présente ce soir au rassemblement contre la réforme de l’assurance chômage.

Pour le progrès social l’intersyndicale du Comminges est unie.

l’UL CGT comminges est mobilisée contre ces politiques d’austérités menées par le gouvernement, par la droite, et l’extrême droite main dans la main avec le patronat.

Cet acharnement contre le monde du travail est Insensé et dangereux !

Inutile, injuste, et violente, cette réforme s’attaque au droits des plus précaires. Le gouvernement et le patronat doivent renoncer à cette réforme !

Contre toutes ces attaques, notre détermination ne faiblit pas !

Pour le progrès social, pour le pain, pour la paix et pour la liberté : l’UL CGT appelle à faire front et continue d’être aux côtés des travailleurs et des précaires.

La réindustrialisation de la France est une urgence.

l’UL CGT comminges était présente cet après-midi devant l’industrie Sercel.

Distribution de plusieurs centaines de tracts contre l’extrême droite, pour faire un grand front populaire, pour une politique industrielle ambitieuse et dire que la réindustrialisation est une urgence !

L’industrie est au centre des défis environnementaux et sociaux.Depuis plusieurs décennies, la France a abandonné sa politique industrielle au profit des multinationales, qui ont obtenu des milliards d’aides publiques sans contreparties.

Le gouvernement doit protéger la production industrielle sur le territoire français.

Contrairement aux discours patronaux, repris par le gouvernement, ce ne sont pas les salaires qui induisent le manque de compétitivité des entreprises. C’est la primauté à la financiarisation de la gestion des entreprises industrielles depuis près de 40 ans qui fragilise l’industrie dans sa capacité à répondre aux besoins économiques, sociaux et environnementaux.

C’est donc le capital qui coûte et pas le travail.Alors que les salariés sont les producteurs de richesses:Le travail a besoin d’être revalorisé et le travailleur d’être au cœur du choix de société.Le travail doit être une source d’émancipation.

Ne plus souffrir au travail, c’est sortir de l’individualisme, et s’organiser collectivement pour mieux se défendre. C’est donc se syndiquer à la CGT, c’est se battre ensemble dans le travail et dans la société !